Les écrivains verviétois

Les écrivains verviétois

Veuve Becker (la)

 

 

Veuve Becker, la première Serial-killer
Elisabeth Lange
Arbre (Editions de l')  Collection Obscuria - 2011
978-2-87462-055-3
250 pages

Marie-Alexandrine Petitjean, veuve Becker (1879-1942), onze victimes : dix femmes et un homme.
Henry-Désiré Landru (1869-1922), onze victimes : dix femmes et un homme. À quelques années près, ils sont contemporains. Leur parcours criminel est identique. Ils sont sociables, s'y entendent pour attirer leurs proies avant de les tuer, raflant leurs biens pour faire bonne mesure. Tous deux furent condamnés à la peine capitale. Au départ elle était attachante, cette petite Marie qui, aidée par le curé de son village, avait apprit à lire, à écrire, à compter.
Tout cela avant d'arriver à 16 ans en ville, où elle veut apprendre le métier de couturière. Là, elle montre qu'elle a des dons, du charme, qu'elle est intelligente et en plus gentille. Rapidement elle prend la vie par tous les bouts, d'un tempérament de feu, elle se consacre le jour à son travail, la nuit aux plaisirs et aux hommes. La cinquantaine venue, où trouva-t-elle l'idée de verser de la digitaline homicide dans un thé " au goût si amer "? Ce livre essaie de comprendre et de plonger dans la personnalité trouble de cette femme si " normale "...

Si, pour ce parcours criminel, Élisabeth Lange utilise des ficelles romanesques, elle s'appuie sur les transcriptions des archives pour la quatrième partie qui concerne le procès. Marie Becker nie. Cette femme de cinquante-neuf ans incarcérée depuis dix-huit mois est une forte tête et une grande comédienne. Le procès est un marathon : trois cent quatorze témoins cités ! L'emploi de la digitaline ne simplifie pas les choses pour les experts car le produit laisse peu de traces. Les jurés doivent répondre à soixante-seize questions. Marie Becker est condamnée à mort, aux frais de justice et à la confiscation du flacon de digitaline trouvé dans son sac lors de son arrestation !
Graciée par le roi, elle mourra en prison, quatre ans plus tard, le 11 juin 1942.



01/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres